Junior Byles

Nationalité : Jamaïquain
Vrai nom : Kerry Byles

L'une des voix incontournables du roots reggae des années 70 avec des titres tels que "Fade Away", "Curly Locks" et "Beat Down Babylon".

Kerry Byles (dit Junior) est né en 1948, à Kingston (Jamaïque). Très jeune, il apprend la musique à l’église et toute sa carrière sera marquée par sa dévotion religieuse. Peu à peu il se fait une voix dans son quartier de Jonestown où on le surnomme Chubby.
Il lance dès 1967 son premier groupe, The Versatiles, et leurs premiers morceaux « The time has come »  sont déjà d’une grande qualité. Ils sont repérés par Lee Perry au Festival Song Contest qui les fait signer pour le label de Joe Gibson  puis pour son propre label qu’il crée en 1968 : the Upsetters. L’histoire du groupe, assez mouvementée prends fin en 1970 et Byles entame alors une carrière solo où il enregistra essentiellement pour Lee Perry.  En 1972 il sort son plus grand tube «Beat Down Babylon» qui en fait alors une star en Jamaïque. Viennent l’excellent « King Of Babylon » ou encore « Curly locks » qui fait un carton jusqu’en Grande-Bretagne. La coopération entre Lee Perry, le plus grand producteur de l’histoire du reggae, fonctionne à merveille. Perry, qui a produit Bob Marley, considère même que Byles est le chanteur le plus doué avec lequel il a travaillé.
La mort d’Hailé Sélassié, en 1975, constitue le tournant de sa carrière. Si toute la communauté rasta est affectée par la mort du prophète, Byles, lui, ne s’en relèvera pas. Pris de délires mystiques, il est régulièrement interné en hôpital psychiatrique. Ses rares single « Pitchy Patchys » ou « Chant Down Babylon » sont plutôt bons mais se vendent peu, la réputation de folie douce qui marque l’époque Upsetters jouant en sa défaveur. Il tente un come-back dans les années 80 avec l’album « Rasta no pickpocket» mais il est touché tour à tour par la mort de sa mère, l’incendie de sa maison et le départ de sa famille pour les Etats-Unis. S’en suivent des années d’errance où se multiplient les retours ratés. Junior Byles n’en reste pas moins l’une des plus belles voix de l’époque mythique du reggae des seventies.
  • Le 03/08/10 par loob86

    Bizarre de ne pas citer le titre "Fade Away" dans une bio de Junior Byles...