Black Uhuru

Nationalité : Jamaïquain
Vrai nom : ...

Les Black Uhuru sont un des groupes mythiques du roots reggae. Petits rappels...

Les Black Uhuru sont un des groupes mythiques du roots reggae. Le terme Uhuhru signifie liberté en dialecte africain Swahili. Formés en 1974 par Euvin "Don Carlos" Spencer, Rudolph "Garth" Dennis et Derrick "Duckie" Simpson, tous trois originaires de Waterhouse, le groupe mit quelques années à se lancer. En effet, à l’époque le groupe peine à trouver des contrats qui leur permettent de survivre. Don Carlos quitte alors ses potes du quartier pour débuter une carrière solo fructueuse et Rudolph Dennis rejoint un autre groupe mythique les Wailing Souls. Don Carlos est remplacé par Michael Rose et Errol Wilson rejoint également le groupe. De cette nouvelle collaboration sort, en 1977, « Love Crisis » produit par Prince Jammys (pas encore King à l’époque). Le titre « I Love King Selassie », présent sur l’album, restera dans l’histoire du roots reggae. Cet album fut remixé en Angleterre et donna « Black Sound of Freedom » en 1980. Après ce remix, Sandra ‘Puma’ Jones, membre des « Mama Africa », rejoint le groupe pour faire les harmonies. Mais les deux recrues de poids, si l’on peut dire, sont incontestablement Sly and Robbie qui viennent mettre tout leur talent au service du groupe. Vient ensuite l’album « Black Uhuru » qui rassemble de véritables hits tels que « Guess Who’s Coming To Dinner » ou « Shine Eye Gal ». Puis, l’album « Sinsemilia » avec le tube du même nom continuent d’asseoir la notoriété du groupe au début des années 80. Si bien que la formation est recrutée par le label Island, connu pour avoir révélé Bob Marley au monde entier. C’est l’époque de l’album « Red », gros succès et surtout de leur live « Tear it up » en 1981. C’est toujours cette formation qui remporte en 1985 le Grammy Award du meilleur album de reggae avec « Anthem ». Mais l’ambiance n’étant plus au beau fixe, Michael Rose quitte le groupe et est remplacé en 1986 par Junior Reid. 2 albums naîtront de cette collaboration. On retiendra principalement un hit early digital : « Fit Yuh Haffi Fit ». Sandra Jones décède en 1990 des suites d’un cancer. Garth Dennis et Don Carlos reviennent alors pour quelques albums qui ne resteront pas dans les annales. En 1995, ils se disputent le nom du groupe et vont jusqu’au tribunal. Duckie Simpson, seul membre à n’avoir jamais quitté le groupe, l’emporte et recrute un jeune chanteur pour le lead vocal du groupe : Andrew Bees. Andrew n’atteindra jamais le niveau de ses prédécesseurs et, en 2004, Simpson annonce le retour de Michael Rose ! On parle d’un album dont nous n’avons toujours pas vu la couleur... Quoiqu’il en soit, les deux membres historiques de Black Uhuru tournent de temps à autre. Leur dernière apparition en France date de 2007. On attend avec impatience de les revoir tant leurs prestations sont ponctuées d’un nombre incalculable de classiques du reggae.

  • Le 13/05/10 par gentleman

    le reggae est une bonne musique