Buju Banton

Nationalité : Jamaïquain
Vrai nom : Mark Anthony Myrie

Avec plus de 20 ans de carrière et de nombreux classiques, Buju Banton est une figure incontournable de la musique jamaïcaine.


Né en 1973 sous le nom de Mark Anthony Myrie, Buju Banton a été la voix du renouveau du reggae au début des années 1990. Le terme Buju désigne le fruit de l’arbre à pain en langue Marron (guerriers noirs qui luttèrent contre les colonisateurs britanniques), et « Banton » lui a été inspiré par Burro Banton, un de ses chanteurs préférés.

Buju fait ses premières apparitions dans le milieu des sound-systems dès l’âge de 13 ans avec le Sweet Love sound-system et le Rambo Mango sound-system. Son premier single « The Ruler » fut produit par Robert French en 1986. Il côtoie ensuite des producteurs qui remarquent tous sa voix puissante et originale. Il enregistre notamment pour Bunny Lee ou Winston Riley, pour lequel il enregistrera le titre éponyme de son premier album, « Stamina Daddy », avant de rencontrer Dave Kelly qui travaille à l’époque chez Penthouse, le fameux studio de Donovan Germain.

En 1992, il sort son second album, « Mr Mention », qui réunit ses meilleurs singles en grande partie enregistrés chez Penthouse. Certains morceaux sont très controversés (paroles homophobes, réflexions sur sa préférence pour les femmes à la couleur de peau claire…), mais l’album sera malgré tout un gros succès et place Buju comme l’un des artistes les plus prometteurs de l’île. La même année, il sort un des morceaux les plus controversés de l’histoire de la musique jamaïcaine, « Boom Bye Bye », connu et surtout critiqué à travers le monde entier.  

Buju Banton continue en tout cas à sortir de nombreux singles, et c’est l’époque des combinaisons inoubliables avec Wayne Wonder ou encore le roi des lovers Beres Hammond. Il signe en 1993 chez Mercury et sort l’album « Voice of Jamaica ».  Buju grandit et sa musique aussi : ses paroles et les thèmes qui l’inspirent sont progressivement plus culturels, ouverts, plus matures. La montée de la violence en Jamaïque à cette époque pousse certains artistes à embrasser la culture Rasta, et Buju est de ceux-là.

En 1995, Buju Banton offre l’album qui reste sans doute la pièce maîtresse de son œuvre, « ‘Til Shiloh », sur lequel on retrouve les classiques « Champion », « Murderer », « Not An Easy Road »… Avec cet album, Buju Banton peut se targuer d’avoir relancé le roots reggae et d’avoir fortement contribué à l’explosion du nu-roots… « ‘Til Shiloh » est un succès aux quatre coins de la planète et sera même désigné par le magazine Rolling Stone comme l’un des 100 meilleurs albums de la décennie.

L’album « Inna Heights » sort deux ans plus tard. S’il ne parviendra pas à égaler son prédécesseur, il contient son lot de classiques : « Hills And Valleys », « Love Sponge », « Love Dem Bad », « Destiny »…

« Unchained Sprit » sort en 2000 chez VP Records, toujours en collaboration avec Penthouse. Cet album  le ramène encore plus vers ses racines africaines, et il y évoque encore davantage Rasta.

En 2003, « Friends For Life » continue dans cette voie de la réflexion et de l’éducation du peuple. Avec certains morceaux très politiques, il dénonce la violence et le port d’armes.
Pourtant, trois ans plus tard, Buju Banton revient avec un album très dancehall, sûrement par souci d’être dans l’ère du temps. « Too Bad » sort donc en 2006. Il réunit notamment des titres posés sur des séries, et accueille l’immense hit « Driver A ». L’album est excellent et ravit les fans du genre, il est nominé aux Grammy Awards.

En 2009, « Rasta Got Soul » sort enfin. Cet album est le fruit d’un travail de plusieurs années et est lui aussi nominé aux Grammy Awards. La même année, il est arrêté aux Etats-Unis pour trafic de cocaïne et possession d’armes. Buju gagnera finalement son Grammy Award avec son dixième album, « Before The Dawn » sorti en 2011. Il a été condamné à 10 ans de prison aux Etats-Unis et clame toujours son innocence.

  • Le 19/01/05 par rastaskater

    buju banton est un chanteur excellent son album unchained spirit est tout simplement génial(surtout les chansons 5,6,et7)a la fois calme et dynamique il a tout pour plaire auy fans dereggae! BIG UP!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Le 26/12/09 par dolly

    c surtout un gros naze homophobe!!!faites un geste ki va dans le bon sens:n'achetez rien de lui...

  • Le 08/07/10 par deige

    rien ne m'échappe de buju. si buju arrête d'exister, j'arrête d'écouter du reggae. BIG UP

  • Le 29/04/11 par Mohamed Sy

    je l adore ce mec et surtout sa musique.

  • Le 01/03/12 par jaywalas

    i love your music man but but i want you to find me a producer for my first album /my time to shyne hear my demonstration in www.soundcloud.com/jaywalas