Mek it Happen

Nationalité : Francais
Vrai nom : ...

Deux old-timers de la scène dancehall francophone décident de monter leur propre label dans le but avoué de faire avancer un mouvement reggae/dancehall qu’ils jugent manquant d’unité.

2000. Deux old-timers de la scène dancehall francophone décident de monter leur propre label dans le but avoué de faire avancer un mouvement reggae/dancehall qu’ils jugent manquant d’unité. Le label Mek It Happen’ est né, sous l’impulsion de Crucial L. et Psycho (le frère de Lord Kossity), et se démarque déjà en étant le 1er label francophone à sortir une série de singles sur un seul riddim, en l’occurrence l’ « Assassinat », une production de Anthony Kelly (rappelez-vous les titres Good Body Gal de Kossity ou Javel Man de Daddy Mory). Un événement dans le milieu. Surtout que Crucial L. et Psycho veulent satisfaire tous les publics, qu’ils soient hip-hop ou dancehall, et sortent leur(s) série(s) sur différents supports : vinyls (format single ou maxi) et CD (album compilation) : les fameux one riddim album).
Fort de ce succès, ils rencontrent, par le biais de Cutty Ranks, Steven Ventura du label M.Phatic – King of Kings auquel ils s’associent pour sortir en 2002 la série « Genesis » où se posent chanteurs et DJ’s de Jamaïque, UK et France. A noter que le second CD qui accompagne le one riddim album est un mégamix signé Jet Lee du vétéran Sound System Stone Love...
Tout cela se passe pourtant après la sortie de leur première rythmique roots le « Hypocrite » riddim et de quelques productions parallèles très efficaces sorties en White Label (le Caribean Ting et La Caraïbe de Yaniss Odua, le maxi 5 titres du DJ martiniquais Fullstyle, issu du AC-Tone le même sound system que Yaniss et Kossity) mais distribue aussi le 1er volume de la mix-tape de Big Georges, la terrible Gwadajah, avant de récidiver en 2004 pour le deuxième volume.
En 2003, le Mek It Happen’ Crew décide de s’ouvrir à la culture club, après avoir favorisé des rythmiques 100% sound system. Pour cela, il font appel à Laskez un producteur martiniquais résidant en métropole, afin qu’il leur compose un riddim à la vibe caribéenne. C’est ainsi que naît le riddim « Savage » et son petit frère le « Horseride », les deux encensés par la critique. Est-il besoin de vous rappeler les autres ingrédients qui furent son succès : un double CD bourré à craquer de hits songs distillés par des artistes francophones au mieux de leur forme, originaires de Paris à Gwadanina en passant par la Guyane, la Belgique et Ste-Lucie ; l’aventure Savage ne s’arrête pas là puisque quelques mois plus tard sort le Jamaïcain Savage : aussi puissant que le premier volume mais avec des Jamaïquains qui écrasent tout sur la version (et ses hits de Sizzla, Destroy Dem, et Red Rat, Luck).
Crucial L. et Psycho continuent sur leur lancée et trouvent un deal avec la major ULM pour sortir la compil’ Ragga Dancehall #1. Un album qui a pour but de se démarquer des autres compil’ ragga qui envahissent le marché puisqu’elle regroupe les meilleures titres dancehall de l’année 2003 (Wayne Wonder No Letting Go), des classiques caribéens (RuffNeg’ Let’s Go Dancing), et des inédits (Sweety Pull Up). Et comme si cela ne suffisait pas, s’ajoute à cela un second CD mixé par 4 DJ’s (Cassette Ninja, Laskez, DJ Jaïro,...).
Ils terminent l’année 2003 en fanfare en produisant le dernier opus de Lord Kossity, El Indio, sorti uniquement aux Antilles jusqu’ici, et le One riddim album One Drop, basé sur le recut d’un riddim made in Studio One, le « Stranger ». Un autre moyen pour eux d’allier Jamaïquains et frenchies sur deux CD distincts et surtout de faire découvrir de nouveaux talents en les personnes Sunkom ou Nazareken Tiken. Concept qu’ils réitèrent en 2004 pour leur nouvelle série dancehall produite par Laskez, le « Axxia », que vous avez déjà pu entendre dans Ragga Dancehall #1 et Ragga Masters. Ils invitent aux côtés d’artistes confirmés quelque uns des nouveaux DJ en verve comme Admiral Cim, Papa Tank, Jamadom, Mighty Ki La ou Lyricson, avant de sortir une version jamaïcaine...
  • Aucun commentaire