Cocoa Tea

Nationalité : Jamaïquain
Vrai nom : Calvin Scott

Cocoa Tea est un artiste rare dont il faut guetter la prochaine tournée.

Cocoa Tea est né en 1959 en Jamaïque, à Rocky Point. De son vrai nom Calvin Scott, il apprend le chant dans la chorale de l’église de son village. Il enregistre son premier single « Searching in the hills », en 1974, sous son véritable nom, mais ne rencontre pas le succès. Il émigre alors tenter sa chance à Kingston. Il trouve son pseudo et rencontre le producteur Junjo Lawes. Ce dernier produit les singles « Rocking Dolly », « I Lost My Sonia », « Informer » et « Can't Stop Cocoa Tea » qui sont autant de succès et qui installe l’artiste en haut des charts dancehall de Jamaïque. Il produit également en 1985 le premier album de Cocoa Tea, « Weh dem a go do… Can’t stop Coco Tea » qui compile tous les premiers succès de l’artiste.
Cocoa Tea travaille ensuite à Waterhouse avec King Jammys qui produit les deux gros succès « Tune In » et « Settle Down » ainsi que son second album en 1986 « The Marshall » et son troisième en 1987 « Come Again ». En 1989, il s’associe à Shabba Ranks et Home T, pour sortir un wicked « Pirate’s Anthem » issu de l’album « Holding on ».
Mais le plus gros succès de Coco Tea est sans aucun doute « Riker’s Island », sorti en 1991. Confirmant que c’est un artiste engagé son single antiguerre d’Irak « No Blood for oil » est censuré en Jamaïque. Il en va de même pour « Oil Ting ».
Il s’associe ensuite avec Cutty Ranks pour sortir « Another One for the road ». il travaille également avec les producteurs Fatiss Burell et son label Xterminator sur le titre « Good Life » mais également sur « Israel King », Bobby Digital pour le terrible single « Holy Mount Zion ». c’est d’ailleurs ce dernier titre qui donne ra son nom à un album produit par Motown (les puristes de Soul Music comprendront l’honneur) en 1997.
Il continue depuis à enregistrer des singles et poser sur des riddims tels que le « real rock », le « heavenless », le « hot milk », le « sleng teng », le « stalag », le peanie peanie » ou encore le « Revolution » et le « Solomon »… Coco Tea est un artiste rare dont il faut guetter la prochaine tournée.
  • Aucun commentaire