Babylon Circus - State of Emergency

18/09/20 - Auteur(s) : Aurore

La tribu lyonnaise Babylon Circus fête ses 25 ans d’aventure musicale ! Et pour se faire quoi de mieux que de célébrer tout cela en musique avec un nouvel album ? State of emergency (Wagram, dispo en physique et digital ici) nous réserve des textes oscillant entre malice et éveil des consciences le tout sur des ambiances swing, rock, ska, reggae, et voyages en terres latines. Découvrons ce projet de grande qualité ensemble.



C’est une atmosphère rock et dub qui est choisie par le groupe en guise d’ouverture avec Monster. Ce titre annonce bien la couleur : un projet tout en énergie. On poursuit avec Cuckoo une vraie petite pépite à l’ambiance électro swing, entrainante tant dans le flow que l’instru.  On se régale de cette oscillation bien dosée entre influences swing du passé et belle touche de modernité, donnant au morceau une dimension cinématographique certaine.



Impossible de parler du projet sans citer les artistes présents en featuring et qui valent le détour.  On retrouve Ben l’oncle soul sous un nouveau jour entre soul et ska dans Degeneration. Sylvain Duthu de Boulevard des airs participe aussi et vient faire souffler un vent de légèreté sur fond de pop française sur Dancing Girl.  On savoure aussi la douceur de Oiseaux de passages et les effets dubbés étouffés et nonchalants de l’enivrant, puissant et dépaysant Easy.



Bien entendu on ne peut passer à côté du grain de voix reconnaissable entre mille du jamaïcain Cedric Myton des Congos, avec l'excellent Lettre ouverte. Avec le soutien d'Adil Smaali, le groupe  opère un belle revisite du célèbre morceau de Leonard Cohen The partisan, en lui procurant des ondes positives sans en perdre une goutte de sa puissance révolutionnaire. Une reprise moderne sur fond de cuivres pleins de force que l’on salue.

Les inspirations latines de Rio Grande viennent aussi faire pétiller cet album. Guitare, percu et saxo festif le combo parfait d’une musique latino que l’on ne se lasse pas d’écouter encore et encore. Après ce décollage au pays de la bossa nova c’est le caractère engagé du groupe et son côté rock qui vient s’imposer avec le titre éponyme State of emergency. Plus digital, ce titre nous offre une piqure de rappel du contexte politique actuel et la question environnementale. Aux côtés de Barry Moore c’est un univers pop rock alternatif qui nous apparaît alors et que l’on retrouve sur les titre Fallin’ ou bien encore sur Fire Drill qui se dote, en plus, d’une irrésistible touche reggae parmi les cris de guitare électrique. Tu n’écoute même pas n'a quant à lui rien à envier au célèbre Mirsirlou de Dick Dale repris dans le BO de Pulp Fiction ou plus récemment par les Black Eyed Peas.



Avec State of Emergency le groupe nous offre un voyage frais, plein de peps et engagé. Babylon Circus vient réaffirmer son caractère festif et poétique tout en le faisant gagner en maturité en se tournant vers des morceaux conscients. On salue la qualité tant textuelle que musicale de ce projet que le groupe défendra en acoustique sur pas mal de dates maintenues dans les prochaines semaines (plus d'infos ici).

State of Emergency, du grand Babylon Circus à se procurer d'urgence.