Pura Vida - Praying For The Angels

10/07/20 - Auteur(s) : Simon Pernin

L’un des plus brillants bands européens Pura Vida mené par Bregt De Boever, revient avec un nouvel album Praying for the Angels composé de 13 morceaux qui promettent une odyssée musicale unique.

Comme à son habitude, la pochette de l’album du groupe belge est un tableau peint par Bregt De Beover lui-même et nous permet dès le premier coup d’oeil de rentrer dans l’univers du band et de l’opus. On ouvre l'expérience musicale avec le morceau Heart of the Last Ark, un titre instrumental dub puissant qui met en perspective une série d’effets sonores plus créatifs les uns que les autres. Des effets qui sont susceptibles de plaire à l’un de leurs artistes le plus proche et inspiration, qui n’est ni plus ni moins que Lee Scratch Perry en personne. On enchaine avec Crawling une tune avec un rythme effréné accompagné d’une section de cuivre sublime, menée par Mathieu Vilain et Pieter de Naegel.  Vient ensuite Song To Bob une chanson dédiée au Roi du reggae, Bob Marley sur laquelle ont retrouve Aston « Familyman » Barett et son fils Aston Barett Junior. Pura Vida signe un là un beau morceau roots à la frontière du blues, avec des interventions de guitare à saluer.



Arrive le morceau Right Time Come mystique et profond. Changement de registre avec Pretty Stranger, une petite merveille, une ballade bluesy spirituellement pleine d’âme sublimée par la voix de Puraman qui fait penser à Nick Cave par moment. On enchaine avec le titre Les eaux sauvages qui mélange la voix de Nina Vitalia Schelfthout et celle de Puraman accompagnées par des percussions pleines de douceurs et des solos de guitares pleins d’échos. Arrive la délicieuse O Sopro De Inae interprétée par Puraman et la brésilienne Alessandra De Queiroz, lui permettant de nous dévoiler tout son talent vocal. Par cette chanson Puraman prouve une fois de plus la capacité de Pura Vida à naviguer entre différents styles avec talent et facilité.

Énorme coup de coeur pour Find a Way Home, un roots-blues avec un jeu de guitare juste magique, et des harmonies parfaites. Praying for the Angels, le titre éponyme de l’album est une nouvelle fois un duo entre Puraman et Alessandra De Queiroz, qui donne l’occasion à la brésilienne de témoigner une fois de plus de la beauté de sa voix et de sa technicité. The Congos sont des partenaires de très longues dates de Pura Vida, c’est donc sans surprise qu’on retrouve Ashanti Roy sur cet album accompagné de Watty Burnett et Kenroy Kyffe. Les trois compères mènent la charge vocale sur un rythme entrainant proche du Nyahbinghi accompagné par un mélodica et un son distordu de guitare. Avec le morceau nommé Blessing From The Last Ark, Pura Vida signe surement le morceau le plus puissant et profond de ce nouvel album. Pura Vida explore encore d’autres genres musicaux avec son morceau Ancestor Spirit Dance, soutenu par Mathilde Spruytte, dans des sonorités plus afrobeat, qui reflètent sa compétence musicale infini. L’avant-dernier morceau Tropical Storm, est un bol d’air frais dans cet album, un morceau plein d’énergie qui met le sourire aux lèvres. On termine avec Learn To Let Go, un morceau plein de grâce, avec des notes de synthétiseurs volatiles et des notes de guitare aériennes. Un morceau sur lequel Puraman se rapproche vocalement de Tom Waits.

Pura Vida affirme sa virtuosité en mélangeant les styles musicaux tout en gardant une identité forte et marquée. Un album limpide, complexe, puissant et d’une force incroyable. Pura Vida ne cesse d’étonner et d’impressionner.