Zenzile Meets Jay Ree

30/10/18 - Auteur(s) : Simon P.

Après plus de 20 ans de carrière depuis leur premier opus Sachem in Salem, les compères de Zenzile reviennent avec un onzième projet, Zenzile Meets Jay Ree chez Yontaka Records, sur lequel le groupe effectue un vrai retour à son premier amour, le dub à la française. Après quelques aventures plus rock’n’roll avec les albums Berlin ou Elements, Zenzile nous offre de nouveau un album très instrumental, ample et mélodique, qui nous fait voyager entre le dub d’hier et d’aujourd’hui.

Avec ce onzième opus, les Angevins reprennent le modèle du 5 + 1, c’est-à-dire les cinq musiciens de Zenzile plus un artiste invité. Après Jamika, Sir Jean et Vincent Segal, ils font appel cette fois-ci à Jay Ree, chanteur de City Kay, déjà présent avec le groupe sur Electric Soul en 2012. L'artiste rennais apporte un vrai vent de fraîcheur avec de nouvelles couleurs et un éventail vocal très large sur ce nouvel album plutôt surprenant pour le groupe qui renoue avec le format traditionnel jamaïcain « showcase » avec cinq vocaux et cinq dubs.

On attaque cet album avec le titre 4000 Years qui dévoile une rythmique tranchante et une basse bien grasse, le tout accompagné de sons très aériens et électroniques. Un stepper sur lequel Jay Ree nous entraîne avec un flow de toasteur digne de Big Youth ou U Brown. S’ensuit le dub de 4000 Years, qui débute avec des boucles musicales influencées par des sonorités trans. Arrive Stay Close to Me, un rub-a-dub puissant porté par une basse vrombissante et un saxophone hypnotique qui nous dévoilent un reggae roots lancinant et tortueux. Le chant de Jay Ree est à la limite de la soul donnant au riddim une toute autre couleur musicale. La version dub du morceau met encore plus en avant l’alchimie parfaite entre la basse et la batterie présente tout au long de l’album. Le dub de Stay Close to Me témoigne de la virtuosité avec laquelle Zenzile manie les échos, le delay et la reverb.



On continue avec So Good So Far, un titre gracieux accompagné de percussions nyabinghi et la voix de Jay Ree passée sous autotune. Avec ce riddim, Zenzile renoue avec le dub de leur début, puissant, mélodieux et hypnotique. La version dub est tout aussi magistrale, avec un travail d’effets sonores subtil mais époustouflant. Le septième morceau de l’album, Stuck in Old Things, est un morceau de haute volée. Zenzile propose un beat agrémenté de sonorités lo-fi limites vapor. Jay Ree sublime le tout en oscillant entre spoken word et toasting de crooner. La version dub est une fois de plus éblouissante et nous fait voyager dans de multiples contrées musicales. On termine ce nouvel album explosif avec Disconnected, qui sonne comme un hommage à la musique d’Outre-Rhin, notamment à la scène berlinoise. Un sublime beat minimal agrémenté de sons industriels oppressants avec des passages de flûte, de sons cristallins de guitares électriques gavés aux échos, tandis que Jay Ree parle et nous offre des passages de chants mélodieux et profonds.

Zenzile signe un nouvel opus audacieux, fougueux, époustouflant et franchement magistral. Ce projet met à jour tout le savoir-faire engrangé par le groupe durant ces vingt dernières années : des compositions instrumentales impressionnantes, un mixage éblouissant et un contrôle des effets sonores bluffant.

Tracklist :
1. 4000 Years 
2. 4000 Years Dub 
3. Stay Close to Me 
4. Close to Dub 
5. So Good So Far 
6. So Good So Dub 
7. Stuck in Old Things 
8. Stuck in Old Dub 
9. Disconnected 
10. Dub Connected