Lev'Roots 2018

19/06/18 - Auteur(s) : Aurore

Les 1er et 2 juin derniers, le Lev'Roots nous ouvrait ses portes à Levroux dans l'Indre pour deux soirées chaleureuses au rythme de différents groupes.



Jour 1 :
Le festival ouvre tranquillement ses portes avec Bushmen Reggae Cie avant de céder sa place à Mahom qui sait rassembler peu à peu la foule devant la grand scène. Le groupe commence léger avec un remix de Stand High Patrol pour ensuite mettre l'ensemble du public en folie sur Trouble of the World. L'ambiance oscille entre doux morceaux psychédéliques et sons plus steppa et le duo termine sur une reprise du mythique anthem Star Wars, preuve de leur style éclectique.





La soirée ne s'arrête pas là et continue de mettre le public en mouvement avec La Phaze qui dès 23h30 vient poser son style propre qu’ils nomment « pungle ». Un groupe allant de la jungle à la drum and bass en y mêlant des influences punk rock sachant combler le public qui part en pogo dès le troisième morceau ! Certains portés par l'énergie du groupe improvisent même quelques slams malgré la foule un peu éparse pour ce genre d'exercice. Bonne surprise que d'entendre avec ce groupe certains échos aux rythmiques reggae justifiant leur présence à un festival dont le nom même revendique les racines roots.







C'est au tour du dernier groupe et non des moindres, OnDubGround, de faire son entrée tout en délicatesse avant de proposer un medley très agréable permettant de redécouvrir leurs collaborations avec Danakil sous une forme différente. Olo, Art-X et Natty enchaînent ensuite avec des titres de Panda Dub, Joseph Cotton et un medley roots comprenant Reload de Jahneration, Africans de Joe Pilgrim et Business of War de Stand High et Pupajim. En résumé, un set surprise et dynamique comme nous l'avait promis le groupe un peu avant son entrée en scène : « on a préparé un concert surprise que l'on a joué quelques fois déjà. On va enchaîner des morceaux assez rapidement afin de pouvoir tout montrer, notamment l'album Danakil. Le tout en 20 minutes pour créer quelque chose de dynamique et l'entrecouper de morceaux plus roots pour faire plaisir à un maximum de personnes en un minimum de temps puisqu'on a un set pas très long ce soir ».







Jour 2 :
Pour cette deuxième soirée c'est Disk’R qui ouvrait les festivités sur la petite scène sous le chapiteau. Le groupe composé de trois chanteurs a su nous présenter des morceaux très skankés avec des chœurs dynamiques qui ont ravi les novices et les fans venus soutenir le groupe. Une ambiance chaleureuse pour débuter cette dernière soirée.



A 22h, le chauffeur de scène est motivé pour lancer le show sur la grande scène extérieure avec Le trottoir d'en face. Avec des influences laissant penser à Boulevards des airs et Epsylon, le groupe emporte rapidement la foule. Le trottoir d’en face crée une ambiance chaleureuse et familiale au rythme du cajón et des olas partagées avec le public.













Minuit résonne et L'Entourloop, qui s'est un peu laisser attendre, peut commencer son concert qui selon certains festivaliers est "un des meilleurs groupes du week-end". L'ensemble du public semble en effet comblé par la scénographie du groupe qui crée une ambiance décalée avec des vidéos en arrière plan. Côté musique,  L'Entourloop en a pour tous les goûts avec du trap, du reggae, du dub et oscille ainsi entre temps plus ou moins posés. C'est avec Dreader Than Dread et Gangster que le groupe termine son show ayant su faire déployer toute son énergie au public.















Toujours avec la grande énergie du public cette édition du Lev’roots est clôturée par Tha Trickaz. Le groupe partage les dernières minutes avec le public sur des sons techno enragés et un jeu de lumières impressionnant.

Durant ces deux jours l'ensemble des interplateaux était assuré par le collectif DJ Akademy. Les 4 scoops de l'espace sound system sous chapiteau permettaient de maintenir la température entre les concerts toujours sur de bonnes notes roots & culture. Plus tard dans la soirée, des sélections plus hip-hop trap remplissent le chapiteau. La présence de Rock Sax et Kilo Alpha (au micro) vient aussi régaler le public pendant ces interludes entre les artistes programmés sur la grande scène.







Gros point positif : l'espace camping dans un espace naturel idyllique au bord d'un lac où sourires, partages en tous genres et bonne humeur furent présents tout au long du week-end ensoleillé. Certains se sont même adonnés à des sessions pêche et baignade.





La dimension familiale et chaleureuse du Lev'Roots a elle aussi su plaire tant aux festivaliers qu'aux artistes comme nous le rapportent ODG et DJ Akademy :

Propos de DJ Akademy : "Ce festival est organisé par une équipe de gens motivés et sérieux, un petit festival où on voit que le travail d'une petite équipe peut déboucher sur de grands évènements. C'est un festival avec plein de belles volontés."

Les ODG ont aussi tenu à s'exprimer : "Franchement on a été agréablement surpris. Cela faisant longtemps que l'on n'avait pas eu un tel accueil tant techniquement qu'humainement. La sono est super, les techniciens sont bons. Le festival est petit mais on aime bien ce partage qui se crée, il y a un feeling, on peut capter tous les regards et inversement tout le public voit bien les artistes. Le public est là, pas très nombreux, mais ils sont super chauds en face et ils mettent ça haut !"

Avec le Lev'Roots on l'a compris, le mois de juin commençait bien !